NANTES.AVECLESEXILES.INFO

Informations autour des occupations pour les mineur.e.s exilé.e.s

Accueil > Quid des occupations ? > Retour sur les entretiens avec Paul Fattal

Retour sur les entretiens avec Paul Fattal


jeudi 21 décembre 2017

Mercredi 20 décembre, nouvelle rencontre au château avec les représentants de l’université : Tanguy Le Clech, Mission Sécurité & Malveillance, Jérôme Gastineau, directeur de cabinet adjoint, et Paul Fattal, vice-président Qualité et Développement Durable.
Paul Fattal était notre seul interlocuteur : il ne souhaitait pas que ses collègues échangeassent avec nous, malgré leur présence et leur implication. Cette entrevue prévue à leur demande était encore une fois contraignante, puisqu’ils ont imposé les modalités du dialogue et l’horaire de 10h à 12h. À 14h, le même jour, était aussi organisée une réunion avec le personnel, à laquelle des étudiant.e.s et des exilé.e.s ont participé. Les directeurices des composantes ont aussi eu l’occasion de rencontrer ces mêmes interlocuteurs sur la situation -rendez-vous où nous pas n’étions convié.e.s.

Jeudi 21 décembre, c’était un rendez-vous avec certaines associations qui œuvrent sur le territoire sur la question du logement et des droits des exilés : la Cimade, Médécins du monde, le Gasprom, la Prépa des enfants nantais, Les Hébergeurs Solidaires, Action Jeunesse Scolarisation. Exilés et étudiant.e.s étaient à nouveau présent.e.s. Cette ronde des rendez-vous se clôturant enfin, nous pouvons dorénavant livrer un retour. Plusieurs choses sont à retenir, dans l’ensemble.

  • Premièrement : Paul Fattal a introduit son histoire personnelle de migrant pour légitimer son discours et sa « compréhension » de la situation actuelle des personnes exilées. Ça n’a pas manqué de choquer et de déranger l’ensemble de l’auditoire. Cela ne devrait pas influer sur nos échanges, d’autant plus qu’ils nous assènent depuis le début que c’est en qualité de responsables et non d’individus qu’ils s’expriment.
  • Deuxièmement : deux heures de discussion nous ont permis de reformuler et de réaffirmer collectivement nos revendications. En face, l’université n’apportait qu’une réponse : la possibilité d’un prochain rendez-vous avec un « petit groupe ». Or, depuis deux semaines, nous amenons des propositions qui restent sans réponses concrètes, dont faisait partie l’échange du château contre des salles en Censive et une garantie sur la durée. Les représentants du président ne viennent pas pour faire évoluer leur position à l’issue d’un dialogue. Leur posture reste toujours la même : la libération du château comme obsession - dont la raison profonde nous est finalement apparue, une laisse financière sous forme de pénalités de retards -, et comme pré-requis à une « co-construction » de solutions face aux pouvoirs publics. L’absence de la présence de personnes décisionnaires, à savoir le président Olivier Laboux, n’est pas étrangère à l’impossible avancée de nos échanges. Il a d’ailleurs été beaucoup question de « responsabilité » de la part des cadres de l’université. Si Olivier Laboux porte la responsabilité de notre sécurité - comme il porterait celle de notre expulsion, sa présence en discussion est indispensable.
  • Troisièmement : la présidence martèle qu’elle n’est « pas la meilleure cible ». Pour l’instant, on habite ici, donc c’est toujours notre interlocuteur pour discuter des modalités de l’occupation actuelle. C’est aussi notre intermédiaire avec l’État. Nous sommes aussi d’accord que pour « sortir de la crise », il va falloir trouver une solution adaptée et pérenne venant des pouvoirs publics. Que personne ne s’inquiète, on n’oublie ni la mairie ni la Préfecture dans nos actions à venir, à condition que la Présidence cesse de réclamer notre attention si régulièrement ! On espère que le Conseil Départemental, la Préfecture, etc. cessera vite de "trainer de la savate" -selon le mot de Paul Fattal lui-même.
  • Quatrièmement : après de nombreuses difficultés à s’entendre, dues à un climat de méfiance instauré par la présidence qui a rompu une première fois le dialogue et ses engagements, sans compter les quelques mensonges éhontés, nous notons le souhait de la Présidence de rétablir ce lien de confiance brisé par leurs soins. Au cours de la réunion de 14h du même jour avec le personnel et quelques personnes du collectif, la présidence a exprimé que des mesures seraient prises pour nous maintenir le chauffage en Censive pendant les vacances. Une preuve supplémentaire de bonne foi serait le rétablissement de l’eau et du chauffage au château. Le personnel de l’université et les associations, comme nous, ont également rappelé leur exigence : qu’il n’y ait pas d’intervention policière sur le campus universitaire.

Nos revendications :

  • En attendant une alternative pérenne et adaptée, gel de la menace d’expulsion policière et garantie de pouvoir rester à demeure tout l’hiver.
  • Rétablissement de l’eau et du chauffage au château pour permettre des conditions de vie décentes.
  • Interpellation publique du rectorat sur sa mission d’éducation pour permettre l’ouverture des collèges et lycées publics aux mineurs isolés étrangers.
  • Une rencontre/confrontation directe avec les divers acteur-ice-s Johanna Roland, la préfecture et le gouvernement, en mesure de faire avancer la situation des exilé-e-s délaissé-e-s tant sur le plan du logement que sur celui de l’accès à la santé et à la scolarité.

On a proposé un prochain rendez-vous à Paul Fattal pour avancer sur la co-construction et "trouver quelque chose de satisfaisant pour tout le monde" : vendredi 19h30. On vous tient au courant !

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Événements


Fil info


23 janvier

La vie suit sont cours à la fac, la période un peu creuse des vacances et partiels touche à sa fin et doucement mais surement les soutiens et activités reprennent.

Pour organiser tout ça au mieux, la motivation et les énergies de chaqun.e sont nécessaires.
Pour celles et ceux qui sont impliqué-e-s dans cette occupation, une AG se tiendra demain à 18h en Censive : actu, perspectives et groupes de travail au programme, on espère qu’il en sortira plein de nouveaux rendez-vous et activités à vous transmettre !

Vendredi 12 janvier

La vie suit son cours en cette période de partiels où nous avons fort besoin de votre soutien matériel et physique.

Nous nous préparons à rejoindre la mobilisation du samedi 20 pour exiger un logement inconditionnel pour tou-te-s avec ou sans papiers et rappeler nos envies de Beaux-Arts...

Dès Lundi 15, en soirée vous pourrez trouver des affiches pour cette manif, au château du Tertre, n’hésitez pas à passer en prendre pour en coller dans des lieux de passage.

Nous aurons aussi des tracts dans la semaine, si vous voulez bien nous aider à en distribuer au moins sur le campus alors c’est chouette !

Pour finir, vendredi 19 à partir de 14h30, vous pourrez nous rejoindre en Censive pour finaliser les préparatifs de manif (pancartes, slogans et autres). Cartons, tasseaux, scotchs, marqueurs etc seront les bienvenus !

Et sinon on galère un peu en ce moment à approvisionner correctement les lieux en nourriture et produits d’hygiène alors pensez à nous ! Merci.

Listes de besoins


Besoins urgents !

Le 23 janvier

Besoin urgents de :

  • Riz, couscous, huile, sauce tomate, œufs etc
  • Petit dej : lait, jus de fruits, céréales, brioches, chocolat (carreaux, poudre, pâte à tartiner...), thé sachets, café soluble, sucre...
  • PQ, sacs poubelle, serpillères...
  • Gels douche, dentifrices, brosses à dents et autres produits d’hygiènes

Liste besoins nourriture

Liste générale

On a toujours besoin de tout un tas de choses pour mener toutes nos activités confortablement, hésitez pas à nous apporter quoi que ce soit parmi ces choses !

Cliquez sur les listes pour plus de détails :