NANTES.AVECLESEXILES.INFO

Informations autour des occupations pour les mineur.e.s exilé.e.s

Accueil > Quid des occupations ? > 25/01 Clarifications pour la présidence

 25/01 Clarifications pour la présidence


vendredi 26 janvier 2018

Des nouvelles pour tout·e·s les sans nouvelles !

Depuis la semaine précédent les vacances, rythmée par les alertes expulsions, les tensions se sont apaisées. Face aux soutiens déterminés venus de toute part - personnels de l’université, étudiant·e·s, associations, syndicats, personnes solidaires - la présidence de l’université prend conscience de l’ampleur du mouvement… et change le ton. Elle délaisse pressions et menaces, afin de permettre aux occupant-e-s de passer la fin d’année sereinement. Que personne ne s’en inquiète, les planchers ont résisté à nos fêtes !
Ces quinze jours de répit nous ont permis de nous organiser collectivement :

Ces mobilisations furent l’occasion d’interpeller les véritables responsables. Gouvernement, préfecture, mairie, conseil départemental : voilà les acteurs funèbres qui tirent les fils de la tragédie vécue par les exilé·e·s.

Quinze jours de répit… assurément c’est beaucoup trop ! Ainsi un rendez vous est fixé avec Paul Fattal (vice-président) et consœurs le jeudi 11 janvier pour faire un point sur la situation. Échanges cordiaux et compréhensifs. Prochaine rencontre prévue pour fin janvier, impliquant deux semaines supplémentaires durant lesquelles la présidence de l’Université était censée décaler le rapport de force vers les pouvoirs publics en sollicitant une table ronde. De notre côté, nous mettons en œuvre tout ce que nous pouvons pour décaler aussi le rapport de force – et ce dans la mesure de nos possibilités et dans notre temporalité.

La situation prend, malgré tout, un tournant différent.

Si Collomb et sa circulaire souhaitent toujours plus de contrôles, la présidence de l’Université n’est pas en reste. A la fac ou ailleurs, il n’y a pas de place pour permettre une main mise sur nos existences. Les exilé·e·s sont continuellement confronté·e·s à ces politiques sécuritaires : assignations à résidences, pointage quotidien au commissariat, fichage dans les centres d’hébergement, augmentation du temps passé en centre de rétention... C’est pourquoi lorsque la présidence tente de rentrer sans accord dans nos lieux de vie, l’accès leur est refusé. Parler d’occupation, c’est masquer une réalité : Censive et le château du Tertre sont surtout habités, ce sont des lieux de vie. Si d’aucuns entendraient ces arguments, d’autres font la sourde oreille et décident que désormais « tout est caduque »… impliquant une nouvelle remise en cause de l’existence, déjà précaire, de ces occupations.

Ainsi la présidence utilise à nouveau un prétexte fallacieux pour rompre le dialogue et réinstaurer un climat de tension. Des menaces planent elles sur nos têtes ? Tandis qu’à Grenoble le conseil d’administration autorise les habitant·e·s à rester jusqu’à la fin de la trêve hivernale, et ce sans conditions. Nous nous demandons, encore, pourquoi la présidence de l’Université de Nantes ne s’inspire pas de cette exemple de « sortie par le haut ».

Nous rappelons que nous souhaitons dialoguer, et, tirant des enseignements des politiques de Johanna Rolland, co-construire ensemble. Depuis le début de l’occupation, l’accès à Censive et au Château a toujours été relativement ouvert à la présidence, qui nous a ainsi rendu visite lors de précédentes entrevues. Nous ne pouvons toutefois pas accepter la mise en place « rondes régulières », comme demandé lors de la dernière réunion - ce qui fait écho directement à la surveillance généralisée qui secoue nos vies et face à laquelle nous résistons. C’est pourquoi l’assemblée générale du mouvement a clarifié sa position, hier, mercredi 24 janvier : la présidence aura accès aux lieux de vie, en Censive et au Château, ponctuellement, uniquement sur rendez vous et en présence d’habitant·e·s.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Événements


Fil info


19 Mars AG !

AG des occupant.e.s et leurs soutiens lundi 19 Mars à 19h au 9 rue de Bréa, à l’EHPAD occupé.

Flash info, news du week end :

Marche des solidarités : "le racisme d’Etat tue" à Paris : 6000 personnes, vidéo

Rassemblement pour l’eau dans le lieu auto-réquisitionné par les exilés et contre le loi "asile et immigration à Angers : 300 personnes, vidéo

Nouvelle occupation de la CSP 75 et CSP 93 : 150 sans-papiers occupent la basilique saint-Denis !

Big-up les camarades !

11 Mars on s’organise

Depuis jeudi qu’on occupe le nouveau bâtiment, les choses s’organisent petit à petit : ménage, bouffe, réunions des habitant.e.s, déménagement et aménagement, commissions etc

Lundi on rencontre la mairie dans l’après-midi alors on convie tou.te.s nos soutiens à venir faire le point et discuter le soir même :

LUNDI 12, AG à 19H dans la salle commune de l’ephad de Bréa (9 rue Maurice Sibille- Tram 1 chantier naval)

Plus d’infos sur le FB du CRAN

Listes de besoins


Besoins urgents !

Le 23 janvier

Besoin urgents de :

  • Matelas, draps, couvertures
  • Tables, chaises, canapés, fauteuils...
  • Produits d’hygiène : shampoing et gel douche/savon, dentifrice et brosse à dent, rasoirs, coupes ongles, pinces à epiler, tampons et serviettes hygiéniques, serviettes de bains, déodorants, crème hydratante...
  • Petit déj : Thé, café, sucre, Pain, pain de mie, brioche, céréales, lait (de vache ou végétaux), jus de fruit, fruits, miel, gateaux, biscuits, chocolat, pâte à tartiner...

> Les listes générales de besoins <